Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Partagez | 
 

 Catherine Pillard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Catherine Pillard   Lun 12 Aoû - 23:04

Voici une lecture interessante...Je ne sais pas si c'est de source fiable, mais tout de même interessant!

La fameuse Catherine Pillard

http://www.geninfo.org/Pillard/Catherine_Pillard.html
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Lun 12 Aoû - 23:08

Voici la page d'accueil...les texte sont à gauche

http://www.geninfo.org/Pillard/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Lun 12 Aoû - 23:40

Autre texte du même site

http://www.geninfo.org/Pillard/La_Rochelle.htm

L'Explication semble plausible?!?
Je crois que si
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie
Membre
avatar

Féminin Messages : 809

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mar 13 Aoû - 9:26

Bonjour Jonathan et à tous,

Je n'y crois pas du tout, Johan Robitaille, détruit tout document retracé, mentionne d'autres documents qu'elle n'a pas en sa possession et sans jamais mentionné de source exacte et vérifiable, tant qu'aux testes d'ADN on sait ce qu'ils valent vraiment. Les textes des prétendus métis du Québec, sont toujours et constamment des détournements, amplifications par manipulation des zones grise sans preuve vérifiable. Et c'est justement là le problème avec les prétendus métis, ils savent écrire pour étourdir et endormir les gens d'aplomb. Leurs textes semblent toujours plausibles mais ne sont jamais prouvés, ils restent toujours dans le domaine de l'incertitude. Au Québec, les prétendus métis sont passé maître dans le domaine de créé volontairement des polémiques généalogique.  

Désolé mais pour ma part, jusqu'à preuve du contraire avec document à l'appuie, ces histoires demeure de la foutaise en conserve.

Et si c'était vrai, Catherine Pillard est à cinq(5) reprises dans mon arbre généalogique;  
- Elle est une(1) fois ma 10e arrière grand-mère.  
- Elle est à quatre(4) fois ma 9e arrière grand-mère.

Même si on dit, que les traits d'une personne ne sont pas toujours une preuve de vivacité, je connais beaucoup de gens qui possèdent qu'une seule ascendance mixte européen et autochtone et en possèdent les traits physique surtout pour les yeux, alors que déjà j'ai quatre(4) ascendances prouvées et n'en possède aucun trait, avec neuf(9) ascendances mixte dont quatre à la 9e génération, il me semble impossible d'en avoir aucun, autre que l'ancienne morphologie faciale qui selon les anthropologues serait directement relié à mon ancêtre Algonquine qui revient à trois(3) reprises dans mon arbre à la 10e et 11e génération.

I'am sorry !

Revenir en haut Aller en bas
Sylvie
Membre
avatar

Féminin Messages : 809

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mar 13 Aoû - 11:15

Bonjour à tous,

J'aimerais ici faire un petit rappel, concernant plusieurs ouï-dire, qui me touche directement.

Selon les spéculations erronées des fraudeurs en généalogique des dites prétendues communautés métisses au Québec, qui par des omissions volontaires d'informations et par des documents falsifié affirment et diffusent abondamment que les personnes ici-bas sont tous de provenance Amérindiennes :

Antoine Bourg, revient à quatre reprises dans mon arbre personnel ;  
- Il est 1 fois mon 9e arrière grand-père
- Il est 3 fois mon 10e arrière grand-père

Germain Doucet, revient à sept reprises dans mon arbre personnel ;
- Il est 1 fois mon 10e arrière grand-père
- Il est 5 fois mon 11e arrière grand-père
- Il est 1 fois mon 12e arrière grand-père

Françoise Garnier, revient à douze reprises dans mon arbre personnel ;
- Elle est 1 fois ma 8e arrière grand-mère
- Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère
- Elle est 5 fois ma 10e arrière grand-mère
- Elle est 5 fois ma 11e arrière grand-mère

Marie Godard, revient une fois dans mon arbre personnel ;
- Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère

Charles Gotreau, revient une fois dans mon arbre personnel ;
- Il est 1 fois mon 9e arrière grand-père

Jean-Claude Landry, revient à huit reprises dans mon arbre personnel ;
- Il est 1 fois mon 10e arrière grand-père
- Il est 7 fois mon 11e arrière grand-père

Radegonde Lambert, revient à cinq reprises dans mon arbre personnel ;
- Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère
- Elle est 3 fois ma 10e arrière grand-mère
- Elle est 1 fois ma 11e arrière grand-mère

Edmée Lejeune, revient à quatre reprises dans mon arbre personnel ;
- Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère
- Elle est 2 fois ma 10e arrière grand-mère
- Elle est 1 fois ma 11e arrière grand-mère

Jeanne Oneau, revient une fois dans mon arbre personnel ;
- Elle est 1 fois ma 10e arrière grand-mère

Catherine Pillard, revient à cinq reprises dans mon arbre personnel ;
- Elle est 4 fois ma 9e arrière grand-mère
- Elle est 1 fois ma 10e arrière grand-mère

Marie Prévost épouse de Maurice Berthelot, revient une fois dans mon arbre personnel ;
- Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère

Étienne Robichaud, revient une fois dans mon arbre personnel ;
- Il est 1 fois mon 10e arrière grand-père

Françoise Toureault, revient à onze reprises dans mon arbre personnel ;
- Elle est 5 fois ma 10e arrière grand-mère
- Elle est 6 fois ma 11e arrière grand-mère

Uniquement en spéculation de ces dites organisations prétendues métisses, si mon calcul est bon, ceci m'attribue personnellement 61 lignées d'ascendances mixte. Alors qu'aucune de ces personnes ne forment avec fondement, un véritable couple intertechnique européen/autochtone.

Alors S.V.P. avant de croire dur comme fer à un beau texte écrit par un prétendu métis, qui vous semble plausible, réfléchichez bien à tout ceci.

Ceci donne aussi à réfléchir concernant la véritable raison d'être de ces dites organisations prétendues.




S.V.P. où est ma carte?
Je veux ma carte, j'veux ma carte je suis métisse une véritable autochtone.
très très drôle
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mar 13 Aoû - 22:57

Je ne sais pas si c'est vrai ou pas, mais j'ailu les article et leurs sources sont là, il y a meme les images numerisées des documents.


Pour ce qui est de la genetique, je pense personnellement que c'est assez fiable, je ne suis pas un geneticien, mais la genetique peut aider à
déterminer l'origine ou du moins la région d'ou une personne vient.

Bref, la genealogie est à mon sens un science et il faut donc être ouvert à tout.

Mais entre vous et moi il est assez etrange qu'une Française dite se retrouve avec une genetique autre que Europeene.

Et meme si les Metis fraudeurs voulant mettre toutes personnes d'origine inconnue comme des Autochtones, eh bien, les geneticiens qui eux ont des doctorats en genetique n'ont aucun interets a creer des origines.

Cordialement
John
Revenir en haut Aller en bas
Dominique
Membre
avatar

Féminin Messages : 49

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mer 14 Aoû - 0:16

Jonathan L'Archeveque a écrit:Je ne sais pas si c'est vrai ou pas, mais j'ai lu les article et leurs sources sont là, il y a meme les images numerisées des documents.


Pour ce qui est de la genetique, je pense personnellement que c'est assez fiable, je ne suis pas un geneticien, mais la genetique peut aider à
déterminer l'origine ou du moins la région d'ou une personne vient.

Bref, la genealogie est à mon sens un science et il faut donc être ouvert à tout.

Mais entre vous et moi il est assez etrange qu'une Française dite se retrouve avec une genetique autre que Europeene.

Et meme si les Metis fraudeurs voulant mettre toutes personnes d'origine inconnue comme des Autochtones, eh bien, les geneticiens qui eux ont des doctorats en genetique n'ont aucun interets a creer des origines.

Cordialement
John

Moi aussi, je compte Catherine Pillard parmi mes ancêtres Very Happy Si la preuve reste à faire que nous sommes Métis, il n'y a aucun doute que nous sommes consanguins  Wink  affraid  Wink 
(comme le dit Jonathan dans un autre fil de discussion)

J'ai lu les articles se référant au cas Pillard. Même si les auteurs citent et fournissent des documents d'archives pour appuyer leur thèse, il n'en reste pas moins que la preuve n'est pas concluante à 100 %. Le cas Pillard découle de l'imprécision de l'acte trouvé dans les archives départementales de La Rochelle concernant son baptême. À partir du doute soulevé, les auteurs ont élaboré leur thèse de preuve falsifiée, en ajoutant leur grain de sel pour ajouter à la confusion.

De plus, la génétique et les preuves ADN peuvent dire l'origine d'une de vos ancêtres, mais comme la trace peut remonter jusqu'à 30,000 ans, ça ne vous donnera pas le nom de cette grand-mère.
Revenir en haut Aller en bas
http://gen-familleritchot.blogspot.ca
Sylvie
Membre
avatar

Féminin Messages : 809

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mer 14 Aoû - 1:09

Jonathan L'Archeveque a écrit:Je ne sais pas si c'est vrai ou pas, mais j'ailu les article et leurs sources sont là, il y a meme les images numerisées des documents.

Pour ce qui est de la genetique, je pense personnellement que c'est assez fiable, je ne suis pas un geneticien, mais la genetique peut aider à déterminer l'origine ou du moins la région d'ou une personne vient.

Bref, la genealogie est à mon sens un science et il faut donc être ouvert à tout.

Mais entre vous et moi il est assez etrange qu'une Française dite se retrouve avec une genetique autre que Europeene.

Et meme si les Metis fraudeurs voulant mettre toutes personnes d'origine inconnue comme des Autochtones, eh bien, les geneticiens qui eux ont des doctorats en genetique n'ont aucun interets a creer des origines.

Cordialement
John
Jonathan, le texte de Johan Robitaille et sa mère Suzette n'est pas nouveau, de plus, elles sont avec Montour et même si elle n'était pas avec lui, pour moi les textes ne serait pas plus plausible.  

Si tu as vu une preuve d'archive à l'effet que Catherine Pillard immigrante en N-F, est clairement identifié amérindienne, S.T.P. montre la moi, car moi je ne l'ai pas vu cette preuve.

Tant qu'au teste d'ADN, j'ai suffisamment sortir de documents des compagnies par le passer sur un autre forum, il fallait les lires. Pour ma part, je sais très bien qu'aucun test d'ADN ne pourra affirmer Catherine Pillard d'origine amérindienne lors de son arrivé en N-F. Le seul test qui pourrait confirmer qu'elle était autochtone aurait été effectué avec des échantillons son propre ADN à elle et non pas uniquement avec l'ADN de ses descendants. Ces tests ne sont fait que pour retracer l'origine géographique le plus lointain possible dans le temps qui peuvent aller jusqu'à 30,000 mille ans, et c'est là le sang aborigène des présumés descendants de Catherine. Car rien ne dit que c'est elle, mais bien les clients de ces teste qui font ces assosiations de concordance et non pas la compagnie elle même.

Avoir des origines d'aborigène de trente-milles ans, ne fait pas d'elle une autochtone en 1665 lors de son arrivé au pays. Pas plus d'ailleurs, que d'avoir un seul ou deux ancêtres amérindiens à la 11e et 12e génération de nos arbres ne font de nous des autochtones. Même s'ils ne sont âgés d'environ 370 ans avant nous.

Tu devais le savoir plus que nous maintenant, tu l'as fait le test et ne t'as que confirmer de trace autochtone que très minime dans ton ADN, et un taux très inférieur au nombre d'ancêtre autochtone que tu semble affirmer. Pourtant tes ancêtres autochtones ne sont pas aussi loin que trente mille ans d'analyse de ces test. Il y a une énorme différence entre 370 ans et 30,000 ans. Jamais un tel test ne confirmera le nom d'un ancêtre autochtone nos arbres et encore moins sans son propre ADN.

De plus, Catherine a eu douze enfants et deux mariages avec contrat, en plus de tout les actes notariés que ses époux on effectuer ici au pays, baptême et contrat de mariage des enfants et leur acte de mariage, ca en fait beaucoup ca des documents, et pourtant aucun acte ne la mentionne amérindienne. À cette époque être noir ou amérindien ne se cachait pas, tôt ou tard un acte l'aurait mentionné c'est certain, en début de colonie il y avait obligation d'identifié les gens. Les curés semblait plutôt fier à indiqué le mot sauvage car pour eux c'était là une certaine preuve de réussite à  l'assimilation. S'ils pouvaient amener des dits sauvages sur le chemin de Dieu et dans l'église, ils étaient bien contents. Pour la même époque, il ni a aucune raison pour d'autres soit identifié mais pas elle.


A+
Je dois allé faire Dormir maintenant,
j'ai une très grosse journée au travail demain.
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mer 14 Aoû - 8:45

Bon matin à vous Smile 

J'espere que vous avez tous bien dormi.

Je comprend vos arguements, et comme je l'ai dit dans ma présentation, je ne suis qu'un genealogiste amateur, curieux et qui aime comprendre, j'ai voir les differentes theories. Et je suis capable d'admettre les faits quand ils sont là, mais si d'autre points de vu sont amenés je suis aussi content de les lire.

J'ai aussi cette fameuse Catherine Pillard dans mon arbre genéalogique à plusieurs reprises et Dominique tu as bien raison de me citer pour la cosanguinité, ça me fait bien rire à chaque fois Razz 

Sylvie, pour ma part (arbre persque completé), je suis 2 fois descendants de Catherine Anennontak (Huronne), 2 fois de la femme Autochtone (Nipissing) de Jean Nicolet, Tous prouvés
Je suis aussi descendant de Michel Hache Gallant qui est selon l'acte de bapteme (24 avril 1668 à Trois-Rivières,) dit fils d'un Francais et d'une eskimaude (je n'ai pas fait encore assez de recherche sur ce cas precis)

Et jusqu'à date, puisque mon arbre n'est pas fini à 100% voici mes autres origines et mes origines françaises les plus proche

Portugaises      : 3 fois 13ième génération--- Pierre Dassylva dit Portugais

Espagnoles        : 14ième génération--- Joseph Serran dit L’Espagnol
    14ième génération---André Robidoux

Italienne          : 14ième génération--- Jean Bernard Lesage dit Lepiedmontois

Autrichienne   : 14ième génération--- André Clément dit L’Allemand

Irlandaise        : 11ième génération--- M-Marguerite Emond (Haimon) Baptiste (née à
                         Pemaquid, Nouvelle-Angleterre, auj. Woolwich, Maine. Ses 2 parents
                         étaient d’Irlande)
11ième génération--- Jean-Baptiste Houe Jolicoeur (Hoe/Hoc) né, Kore,    Irlande, fils de Jean Hoe & Elizabeth Ming

Anglaises         : 9ième génération--- Loammi-Joseph Bean, un loyaliste
 originaire des U.S.A est fils de Loammi et Mehitable Smith (des     Quackers  du New Hamshire)
 10ième génération--- Guillaume Gems Langlois de Pampil, près de  Wimborne Mister, Angleterre
 11ième génération--- Guillaume Cherby, né en Nouvelle-Angleterre et      fils de Thomas et Anne Decliz d’Angleterre
 11ième génération--- Clement Lesieur, né  Îles Anglo-Normandes,
    La Trinité, Île de Jersey, ev Winchester
 14ième génération--- Suzanne Betfer de Gloucester en Angleterre
                        14ième génération--- Catherine Lawlor de Londres en Angleterre
2 fois 12ième génération--- Abigail-Marguerite Stebbens, née 4 jan 1684,     Deerfielf, MA, USA

Françaises       : 9ième génération--- Antoine Iciot dit St-Antoine de Carcie  
(Proches)           9ième génération--- René Pelchat de St-Martin, Les Biards, Normandie
                         9ième génération--- Jean Orant dit Dauphine de Glandage en Dauphine
                         8ième génération---Antoine Mirandette d’Oléron en Béarn
                         9ième génération---Michel Dufresne de St Médard, Dragey, Normandie
  9ième génération---Hugues Comtois Rousse Leroux de  St-Pierre, Villiers,           Besançon, France
9ième génération---François Adnin Lajoie de la Paroisse de Pouilly,    diocèse d’Auxerre. Parents : Pierre Adnin et Marie-Anne Bugeau

Belges             : 1 fois 12ième, 2 fois 13ième et 1fois 14ième génération--- Marguerite Thomas
                         4 fois 12ième, 1 fois 13ième et 1 fois 14ième génération---Pierre Joly Delbec

Suisses            :   3 (1(pere)+2(mere)) fois 13ième, 5 (2(pere)+3(mere)) fois 14ième et 3 (1(pere)+2(mere)) fois 15ième génération---                Pierre Miville

Merci bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie
Membre
avatar

Féminin Messages : 809

MessageSujet: Michel Haché dit Gallant   Mer 14 Aoû - 9:30

Jonathan L'Archeveque a écrit:Bon matin à vous Smile 
..............
Sylvie, pour ma part (arbre persque completé), je suis 2 fois descendants de Catherine Anennontak (Huronne), 2 fois de la femme Autochtone (Nipissing) de Jean Nicolet, 1 fois de Marie-Jeanne Capiouekoue (Kaskaskia, Illinoise) Tous prouvés
Je suis aussi descendant de Michel Hache Gallant qui est selon l'acte de bapteme (24 avril 1668 à Trois-Rivières,) dit fils d'un Francais et d'une eskimaude (je n'ai pas fait encore assez de recherche sur ce cas precis)

Merci bonne journée
Allo Jonathan,

Les origines de Michel Haché dit Gallant sont obscures. Actuellement encore, il n'existe que des spéculations sur son origine

Selon le livre "Grande-Digue, monographie historique d'une paroisse acadienne" on dit: orphelin métis (?), adopté et instruit par Michel LeNeuf noble de Trois-Rivières établi à la Seigneurie de Beaubassin vers 1682

Noyé À La Rivière Du Nord, Île St-Jean
inhumé 17-07-1737 Port Lajoie, Île St-Jean (Charlottetown, Ile-Prince-Édouard)

Baptisé le 24 avril 1668 à Trois-Rivières, âgé de 8 ans. On dit que le père soit Français et la mère une sauvage (on a ajouté entre les ligne: eskimaude)

Baptême d'un enfant né en Cadie Michel d'un père français et d'une sauvage le 24 avril 1668 à Trois-Rivières, âgé de 8 ans. Parrain: Monsieur de la Potrie et la marraine Mademoiselle de la Vallière.

Il y a 4 possibilités sur ses parents:
1. Michel est le fils de Pierre Larché et la mère Adrienne Langlois serait inuit ou indienne
2. Michel est le fis de Pierre Larché et d'une mère inconnue, inuit ou amérindienne
3. Michel est le fils illégitime de Michel LeNeuf et d'une mère inuit
4. Michel est orphelin de parents inconnus (un français et une eskimo)

En tout ca il va a l'âge de 15 ans en 1676 ou 1677 avec Michel LeNeuf, sieur de la Vallière en Acadie, ou ce dernier prend possession de sa seigneurie de Beaubassin. (Voir Michel LeNeuf ID 47801)

Selon l'abbé Patrice Gallant il serait le fils de Pierre Larché, originaire de la ville de Montdidier en France (ou il a trouvé le patronyme Galland). Dans ce cas, Madeleine Larché serait sa sœur. Pierre Larché est décédé avant le mariage de sa fille le 15 octobre 1668.
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mer 14 Aoû - 10:11

Merci Sylvie pour l'info sur Michel Hache Gallant
Vous dites:
Il y a 4 possibilités sur ses parents:
1. Michel est le fils de Pierre Larché et la mère Adrienne Langlois serait inuit ou indienne
2. Michel est le fis de Pierre Larché et d'une mère inconnue, inuit ou amérindienne
3. Michel est le fils illégitime de Michel LeNeuf et d'une mère inuit
4. Michel est orphelin de parents inconnus (un français et une eskimo)
Donc on peut affimé qu'il est Metis français autochtone selon les 4 possibilités il a une mère Native

En passant merci pou les échange de discussion, c'est interessant et combien agreable d'échanger sans haine et mechanchete comme sur certains forums Cool 
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie
Membre
avatar

Féminin Messages : 809

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Dim 1 Sep - 15:12

Bonjour à tous,
Et voilà, voyez ce que je viens tout juste de capté sur le Web;

référence ; http://miroise.org/Forum-ADN/viewtopic.php?f=44&t=16&sid=2dc9d42fd4c578189ebef112ceeb500e


Rappeler s.v.p. sur quelles évidences repose la preuve

Message par Lutra_Vigilans » Ven Oct 19, 2012 1:07 pm

Merci d'avoir accepté d'ouvrir ce forum sur l'ADN de Catherine Pillard

Un article publié en septembre 2007 dans Le Chaînon de la Société franco-ontarienne d'histoire et de généalogie (SFOHG), intitulée "Catherine Pillard, fille du roi, Algonquienne d'ascendance sibérienne, née en France vers 1651... Où est l'erreur...?",  dont la traduction anglaise a été publiée dans le Michigan's Habitant Heritage [FCHSM] Vol 29 No 2 Spring 2008, a donné l'impression que les descendants de Catherine Pillard possédaient un ADN mitochondrial amérindien de souche.
Pourtant, dès 2007, Jacques Beaugrand affirmait dans son blogue http://ggdna.blogspot.ca/ (et dans ses Méls personnels) que l'ADN-mt des descendants utérins de Catherine Pillard (m: Pierre Charron) n'était pas d'origine amérindienne, mais plutôt Eurasiennne.
Malheureusement, l'impression que l'ADN-mt de Catherine Pillard est de souche amérindienne demeure bien vivante dans le milieu généalogique. Pourtant, les sources documentaires supportent toutes des origines européennes.

Pourrions-nous avoir dans une premier temps un rappel de la situation et des évidences au niveau de l'ADN qui sont disponibles pour décider si cet ADN est amérindien ou non?

Merci

Lutra Vigilans
Re: Rappeler s.v.p. sur quelles évidences repose la preuve

Message par beaugrandjacques » Dim Oct 21, 2012 3:12 pm

Le mal est fait et cette fausse impression est là pour longtemps, peu importe les démentis qui pourront être apportés, il y aura toujours des gens pour colporter la rumeur que Catherine PILLARD était une amérindienne. Savoir qu'elle était une amérindienne de souche dont l'identité aurait été volontairement cachée par les colons blancs est beaucoup plus intéressant que de savoir que c'était une pauvre émigrante française de Larochelle dont le voyage a été payé par les deniers du roi.

Alors que certains comme moi cherchent à savoir la vérité (à l'aide des connaissances scientifiques disponibles sur l'ADN) d'autres utilisent cette information à des fins dont les motivations sont difficiles à comprendre.
Vous demandez de rappeler les *faits*. Or les faits, même les faits dits scientifiques, n'ont de sens que lorsqu'ils sont éclairés par des théories scientifiques. Il y a certains faits de base.

Premier fait:
Une signature rencontrée chez les descendants utérins de Catherine PILLARD:
A73G A235G A263G 315.1C C522- A523- C544T A663G A750G A1438G A1736G A2706G T4248C A4769G A4824G T5393C C7028T C7468T C8794T A8860G G9948A C10094T G11719A C12705T C14766T A15326G C16223T A16227C C16290T T16311C G16319A T16519C

Le chiffre représente l'adresse ou le locus sur un des filaments d'ADN de la mitochondrie. Les mitochondries de la femme qui a fourni l'ADN-mt pour établir le système de référence appelé le Cambridge Reference Sequence (CRS) comptait 16,569 paires de bases. Ainsi, au locus 73, le CRS présente une base A (Adénine) alors que les descendants de Catherine PILLARD possèdent une base G (Guanine). Il y a eu substitution de base. Et ainsi de suite pour chacune des variations depuis le rCRS notées lors d'un test portant sur les 16,568 paires de base que comprend cet ADN-mt. En effet, l'ADN-mt de CP comprend une insertion à 315.1C et deux délétions C522- A523-, pour un total de 16,568 loci.

Second fait:
Cette signature contient une variation en transversion très rare, la A16227C. Elle est caractéristique (essentielle ou canonique) pour reconnaître son appartenance à l'haplogroupe A10.

Les substitution de bases se font entre bases complémentaires A-G (les bases purines) , C-T (les bases pyrimides). On parle de substitution de transition lorsqu’il y a substitution d’une base purique  (A-G) à une autre base purique ou d’une base pyrimidique (C-T) à une autre base pyrimidique. Au contraire, une substitution par transversion est une mutation impliquant le remplacement d’une base purique (C-T) par une base pyrimidique (A-G) ou la converse, d’une base pyrimidique (A-G) par une base purique (C-T). Cela se produit très rarement. Or, dans l'ADN-mt des descendants utérins de CP se trouve un transversion A16227C. Nous savons par triangulation depuis l'ADN des descendants de CP que CP possédait déjà A16227C et que cette variation A16227C s'est transmise de génération en génération depuis jusqu'à nous. Or, nous le verrons plus loin, cette mutation était déjà présente en Asie occidentale bien avant Catherine PILLARD.

Pour rappel, les descendants utérins sont ceux et celles qui ont Catherine PILLARD dans leur lignée des mères, lignée aussi appelée matrilignage. La signature de l'ancêtre Catherine PILLARD est inférée par triangulation à partir des signatures de ceux et celles qui l'ont en matrilignage et à partir de leur ascendance en matrilignage qui les conduit jusqu'à cette mère fondatrice au Canada. Selon la version documentaire des informations que nous avons sur Catherine PILLARD, elle serait née à Larochelle en France, aurait émigré au Canada en tant que Fille du Roi et aurait épousé Pierre Charron (dit Ducharme) à Montréal le 19 octobre 1665.

Troisième fait:

Une signature très semblable à celle de Catherine PILLARD a été décrite par Malyarchuk et al. (2010) Mitogenomic diversity in tatars from the volga-ural region of Russia. J. Mol. Biol. Evol., 27, 2220-2226.
Cette signature fut observée à 5 reprises chez des Tatars. Voir le tableau S1.
La signature qui lui correspond a été inscrite au NCBI sous GU122995 le 16-OCT-2009 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/nuccore/GU122995

Cette signature a été classée A8b par Malyarchuk et al. (2010).
Mannis van Oven et Kayser qui maintiennent la classification PhyloTree.org créèrent un sousclade A10 pour cette signature. La version de PhyloTree de cette date 21-JUIN-2010 (BUILD-12, je crois) indiquait déjà que cet haplotype était A10.

Or, jusque là, les haplotypes ADN-mt Amérindiens de souche qui appartenaient à l'haplogroupe majeur A étaient tous du sousclade A2 et en aval. Pour un rappel de l'ADN Amérindien fondateur, voir http://ggdna.blogspot.ca/2010/05/ladn-a ... ateur.html

Quatrième fait:
L'haplotype (signature type) de Catherine PILLARD a été inscrit à la base de données du NCBI (National Center for Biological Information) sous le numéro HM569228 (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/nuccore/HM569228) par B. GREENSPAN de la compagnie Family Tree DNA (Houston, Texas) le 21-JUIN-2010. Cette signature HM569228 a été immédiatement cataloguée sous l'haplogroupe A10, suivant en cela la classification phylogénique établie et mise-à-jour par Mannis van Oven et Kayser à http://www.PhyloTree.org
L'haplotype CP rejoignait ainsi celui décrit par Malyarchuk et al (2010) chez 5 Tatars de la tribu des Aznakevo et Buinsk mentionnés plus haut.

Cinquième fait:
Les deux signatures HM569228 et GU122995 montrent une corrélation nominale de 89% (89% des mutations de l'une sont présentes dans l'autre). Mais en réalité, si nous ne tenons pas compte des variations banales 16519C et 64T, ces deux signatures corrèlent à 98%. Elles peuvent partager un ancêtre commun qui a vécu assez récemment. Ces deux signatures peuvent être comparées en ligne à http://bit.ly/TG1ZmF

Sixième fait:

Une signature A est enregistrée au projet Jewish DNA à FTDNA http://bit.ly/WBCF7B et elle possède le motif [A16227C T16311C] caractéristique du A10. Il ne s'agit pas de l'haplotype Catherine Pillard.

Il s'agit du kit #218426 dont le nom de famille est KHAVRUTSKII et dont l'ancêtre matrilinéaire relativement récent s'appelait SHUMSKY et originaire de Russie.


Cet haplotype contient les variations suivantes: 16223T 16227C 16230G 16290T 16311C 16319A
Je ne sais pas encore si le séquençage complet a été fait de cet ADN-mt. Sur la base des variations HVR1, il ressemble donc énormément à l'haplotype GU122995 de Malyarchuk et al (2010) trouvé chez les Tatars.

Septième fait:

Vyacheslav et al. (2012) Human migrations in the southern region of the West Siberian Plain during the Bronze Age: Archaeological, palaeogenetic and anthropological data. In: Kaiser, Elke / Burger, Joachim / Schier, Wolfram (2012) Population Dynamics in Prehistory and Early History. New Approaches Using Stable Isotopes and Genetics
DE GRUYTER pp 93-112. (pour l'article: http://bit.ly/WBzJrN)

Vyacheslav et al. (2012) rapportent 6 cas d'ADN mitochondrial ancien étudiés sur le site archéologique de Sopka (Steppe de la forêt Baraba, sites 1 et 3 sur l'illustration plus bas) en Russie Occidentale. Ces 6 cas appartiennent à l'haplogroupe A et possèdent la variation A16227c. Deux des six cas, le Ut5 et le Ut38 présentent en plus la variation 16311C comme l'haplotype CP. La datation indique l'époque de l'âge du bronze pour la région (4-3 ka BC).
Les variations de la région HVR1 trouvées pour ces deux cas sont: 16148T 16223T 16227C 16290T 16311C 16319A

Huitième fait:

Si l'absence de fait peut compter pour un fait?
Aucun autre haplotype A10 [A16227C T16311C] n'a été découvert depuis 10 ans en Amérique du Nord, Centrale et du Sud, autre que celui des descendants de Catherine PILLARD, ni même un A10 qui pourrait être amérindien ne serait-ce que de culture, et non nécessairement de souche fondatrice. En effet, rien n'exclut qu'un Amérindien soit découvert A10 par admixture eurasienne.


Tous les haplotypes amérindiens qui continuent à être identifiés et qui appartiennent à l'haplogroupe majeur A, sont du sousclade A2 ou plus en aval.
Or, la divergence entre A2 et A10 est très importante (voir mon blogue à http://ggdna.blogspot.ca/2012/05/compar ... ouche.html )

Ces évidences sont suffisantes pour me convaincre que l'ADN mitochondrial des descendants utérins de Catherine PILLARD est d'origine eurasienne. La région au Nord de la mer Noire et de la mer Caspienne forme la steppe pontique à travers laquelle les migrations vers l'Europe ont été pratiquées lors du peuplement de l'Europe. De plus les Tatars ont envahi l'Europe à plusieurs reprises et les invasions et guerres se faisaient avec le support des femmes (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Tatars).
Pas étonnant que cet ADN-mt se soit retrouvé dans la population française à l'époque du peuplement de la Nouvelle France.


A celles qui me font un procès d'intention de ne pas vouloir être un digne descendant d'une amérindienne, je voudrais ajouter qu'en plus de descendre de Catherine PILLARD, je suis aussi un descendant de Marie Olivier Manitouabe8ick, et de plusieurs amérindiennes fondatrices du peuple Acadien, dont les descendantes sont devenues Québécoises et Américaines après le Grand Dérangement. J'en retire une grande fierté. Mais dans le cas de Catherine PILLARD, il faut chercher la vérité, et non une fierté bafouée par 400 ans de colonisation sauvage.

Jacques Beaugrand
Hg ADN-mt : H7* Hg ADN-Y : R1b1-U152>L2>Z49>Z142>Z150>L553
http://www.ADNFRANCAIS.ORG http://beaugrandjacques.ca


A+
Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Dim 1 Sep - 22:05

Merci Sylvie pour le lien, c'est très intéressant!
Je ne suis vraiment pas expert en genetique, mais M. Beaugrand l'est hahaha
Mais la conclusion est simple Pillard aurait des origines Eurasienne.

John
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie
Membre
avatar

Féminin Messages : 809

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Dim 1 Sep - 22:24

Jonathan L'Archeveque a écrit:Merci Sylvie pour le lien, c'est très intéressant!
Je ne suis vraiment pas expert en genetique, mais M. Beaugrand l'est hahaha
Mais la conclusion est simple Pillard aurait des origines Eurasienne.

John

Référence; http://fr.wikipedia.org/wiki/Eurasie  
Au sens géographique, l’Eurasie désigne un continent formé par l'Europe et l'Asie. On peut aussi la considérer comme une partie de l'Afro-Eurasie. L'eurasisme, conception politique, réduit cette définition aux anciens États de l'empire russe et de l'Union soviétique. Son objectif est l'établissement de l'Union eurasiatique.
Géographie
Elle couvre 54 millions de kilomètres carrés et héberge 4,8 milliards d'habitants qui sont les Eurasiens. Géologiquement, la plaque eurasiatique ne comprend ni le sous-continent indien, ni la péninsule Arabique (qui est située sur une plaque tectonique détachée de l'Afrique), ni les Philippines (qui sont sur la plaque philippine), ni l'extrémité est de la Russie (située sur la plaque nord-américaine).
Ethnicité
Au sens ethno-anthropologique, l'adjectif « eurasien » (ou « eurasienne » au féminin) peut désigner une personne métis née de parents respectivement blanc et asiatique. Le terme a été forgé en Indochine française1. Dans les faits, cette désignation relativement floue est restée plutôt rare et est peu revendiquée
.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie
Membre
avatar

Féminin Messages : 809

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mar 22 Avr - 9:42

Les Amérindiens auraient vécu 10 000 ans dans le détroit de Béring

On sait depuis longtemps que le détroit de Béring a été accessible aux immigrants qui sont venus conquérir le Nouveau-Monde, mais des indices se précisent sur l’endroit où ils ont séjournée pendant des millénaires avant de venir s’installer a travers l’Amérique du Nord

Les analyses d’ADN mitochondrial, transmis par la mère, prélevé sur des ossements, montrent que les Amérindiens originaires d’Asie ont émergé comme groupe ethnique spécifique il y a un peu plus de 25 000 ans en Sibérie mais ne sont pas arrivés en Amérique avant environ 15 000 ans, précise Dennis O’Rourke, un anthropologue de l’université d’Utah, un autre auteur de l’étude.

Référence;
http://nuage1962.wordpress.com/2014/03/01/les-amrindiens-auraient-vcu-10-000-ans-dans-le-dtroit-de-bring/

Voilà pour notre ancêtre Européenne Catherine Pillard
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan L'Archeveque
Membre
avatar

Masculin Messages : 50

MessageSujet: Re: Catherine Pillard   Mar 22 Avr - 10:30

J'avais déjà lu ce fils de discussion il y a quelques temps, je l'i trouvé très interessant.
J'ai contacté quelques fois M. Beaugrand pour parler de mon propre test génétique. Il s'y connait et je respecte son opinon!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Catherine Pillard   

Revenir en haut Aller en bas
 

Catherine Pillard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Catherine Pillard
» Crème de brocolis (Catherine Venne)
» "La Belle et le Magnifique", de Catherine Laboubée
» Catherine Laboubée : « La Fille de Falaise ».
» " Rééducation de la dysorthographie" de Catherine Mazade

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'Autochtone :: Étaient-ils vraiment autochtones ?-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet